Journaux de stagiaires

mercredi, 23 mars 2022 15:27

Pascale Moulias, se retrouver sur le chemin

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Sur le chemin de Pascale Moulias

Chaque année, des milliers de personne quittent leur domicile vers une seule et même destination : Santiago de Compostela. De tous les pèlerinages qui continuent à exister, excepté celui peut-être pour la Mecque, Saint-Jacques-de-Compostelle reste le plus connu du monde occidental et catholique. Sur le camino, on croise tout type de marcheur : celui en recherche de fois, celui qui aime randonner, celui qui veut faire pardonner ses péchés, etc. Mais alors, qu’est-ce qui pousse toutes ces personnes à marcher des centaines de kilomètres, parfois à pieds nus et sans argent, à rejoindre cette magnifique ville des Asturies ?

Dans Sur le chemin, Pascale Moulias nous raconte son itinéraire, entre le Puy-en-Velay et Santiago, divisé en six étapes de 2008 à 2014. Elle y explique son désir de péleriner, véritablement « l’appel du camino » qui motive tout marcheur ; elle y décrit l’effort, les rencontres, la beauté des paysages, mais aussi les dangers du chemin (les étapes sans eau et sans arbre, les orages, les exhibitionnistes, la promiscuité des dortoirs qui amène certains à des violences sexuelles). Bref, entreprendre le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, c’est se mettre en mouvement, tracer un pont entre passé et présent.

En effet, ce roman est le récit d’un changement. Pascale démarre de la maison de vacances de ses parents avec tout le poids de son passé sur le dos. Le but : s’en délester pour terminer ce pèlerinage plus libre. Le camino n’est donc pas nécessairement une question de religion, c’est une question de transformation. Marcher seule, tous les jours, c’est s’affranchir du quotidien qui empoisonne l’esprit par ses pensées.


« Mais j’ai vu aussi que le corps, finalement, ne grimpe pas trop mal lorsqu’il n’est pas en train de penser. » (p. 68)


L’appel du chemin, pour Pascale Moulias, c’est une entreprise de laisser sa vie de côté, un mois pas an, pour faire un point sur sa vie. Quand tout semble être en désordre dans sa vie personnelle (la mort d’êtres proches, les déménagements, les soucis financiers), il reste le camino comme ancrage dans ce maelström de vie.

Le voyage est donc plus spirituel que physique. Il s’agit de se rendre compte que tout ne nous est pas dû : le voyage est dur physiquement, les étapes longues, mais elles fortifient l’esprit. La marche est un travail sur soi-même. Avec spiritualité – et sous la protection des cœurs qu’elle trouve sur le chemin – Pascale Moulias nous apprend l’introspection : voir dans les signes de la marche les signes à adopter dans sa vie.

Ce roman est aussi le récit des rencontres impromptues de la vie : une femme qui partage sa marche avec nous, un hôte qui nous fait visiter la ville, un homme atteint du sida qui partage les derniers moments de sa vie, un groupe qui devient une deuxième famille. Le camino rassemble les gens sous une même étoile, il les rapproche, entretient les connivences. Il s’agit, lorsque nous marchons, autant de donner que de recevoir : il n’y a pas de cupidité dans la marche.

« Si nous partons avec ce que nous avons donné, alors nous sommes riches, car chaque moment comme celui-ci remplit le porte-monnaie du cœur. » (p. 163)


Bref, bien plus qu’un roman d’itinérance, Pascale Moulias nous apprend à vivre et à reprendre possession de sa propre vie. À travers l’art et la spiritualité, il nous est permis développer son soi et apprendre ainsi à vivre en harmonie avec soi-même, loin du trop plein du monde. Par son écriture souple, rythmée à l’instar du pas posé au sol, Pascale nous emmène vers un monde où il fait mieux vivre.

François Halleux, Stagiaire

Le livre ici

 
Lu 144 fois
Boutique maelstrÖm 4 1 4

Boutique maelstrÖm 4 1 4

Née les 9, 10 & 11 décembre 2010, la boutique maelstrÖm 4 1 4 est une échoppe, une chaloupe de la poésie, du livre, de l’art et de l’esprit. Présentation ICI.

Éléments similaires (par tag)

Plus dans cette catégorie : « Marilyn désossée - Isabelle Wéry

 
Maelström asbl
 
118 rue de la Station de Woluwé 1200 Bruxelles (Belgique)
TVA BE 0439 836 404 - +32 (0)2 230 40 07