Résultat de la recherche

Affiner le résultat

Recherche tout en un

Catégorie

Tag

Afficher les éléments par tag : Lydia Lunch
mercredi, 06 septembre 2017 15:20

Lydia Lunch

Figure emblématique de la No Wave et du mouvement Underground, LYDIA LUNCH est une chanteuse, poétesse, écrivaine, photographe et actrice, née à Rochester (États-Unis), le 2 juin 1959.
Victime d’inceste, elle quitte à seize ans le foyer familial pour connaître la rue et les bas-fonds de New York. Prostitution, drogue, alcool, arnaques… Elle lutte pour sa survie avec pour seules armes sa hargne et sa haine.
Elle n’a pas 17 ans quand elle s’implique comme guitariste et « cri primal » dans le groupe mythique de la scène No Wave, Teenage Jesus and the Jerks. Deux ans plus tard, Brian Eno produit pour Island Records un album anthologique des meilleurs groupes de l’époque : No New York réunit The Contorsions, Mars, DNA et Teenage Jesus. Parallèlement, Lydia Lunch crée un autre groupe, Beirut Slump, et sort en 1980 un premier album solo, Queen of Siam, qui marquera toute une génération d’artistes.
Dans les années 80, elle entame une série de collaborations avec Nick Cave, Einsturzende Neubauten, Die Haut, Marc Almond, Sonic Youth… Elle écrit et tourne avec Richard Kern une série de films dans lesquels elle met en scène sa vision personnelle des désirs et des violences sexuelles. En 1984, elle fonde sa propre maison de production Widowspeak pour contrôler une oeuvre déjà prolifique. Elle sort The uncensored Lydia Lunch, premier chapitre de ce qui allait devenir son medium le plus direct et le plus efficace, le spoken word (textes mis en scène, entre théâtre et harangue). Elle s’associe à Foetus (alias Clint Ruin/ Jim Thirwell) pour plusieurs albums et crée en 1989 un groupe noise-rock avec Kim Gordon de Sonic Youth. Un an plus tard, Our Fathers who aren’t in Heaven regroupe Lydia Lunch, l’écrivain Hubert Selby Jr. (Last Exit to Brooklyn), Henry Rollins et Don Bajema.
Parallèlement aux spoken words, à la mise en scène de pièces de théâtre et ses performances d’actrice (notamment dans les films de Beth B), Lydia Lunch multiplie les supports d’expression: elle publie en 1982 un livre de poésie avec Exene
Cervanka (chanteuse du groupe X) Adulterous Anonymous ; deux recueils illustrés Blood Sucker et Incriminating Evidence en 1992 ; une bande dessinée avec Nick Cave et Mike Matthews, As-Fix-E-8, en 1993 ; sa biographie au vitriol Paradoxia, journal d’une prédatrice, traduit dans plusieurs langues et préfacée par Hubert Selby Jr., en 1997 et Toxic Gumbo, bande dessinée pour DC Comics avec Ted McKeever, en 1998. Vers la fin des années 90, elle se tourne vers la photographie et l’installation, deux expositions lui étant consacrées à Paris (galerie Tribal Act, Musée de l’érotisme).
En 2003, Asia Argento sollicite son regard de photographe sur son film Le livre de Jeremy. Elle a également récemment prêté sa voix pour Wild Tigers I have known, film produit par Gus Van Sant, et American Fame, deux films réalisés par Cam Archer.
En 2010, Virginie Despentes traduit en français Will work for drugs (2009), un recueil de textes qui porte en français le titre Déséquilibres synthétiques.
Lydia Lunch est passionnée, conflictuelle et intrépide. Qu’elle attaque le patriarcat et ses incitations à la guerre pornographique, tournant le sexuel en politique, ou qu’elle murmure une chanson d’amour aux désespérés, son énergie féroce et sa vivacité rendent hommage à sa nature de guerrière.
Ces dernières années, Lydia Lunch s’est produite en concert chaque année dans les plus grandes villes européennes, renouvelant incessamment son public et sa musique.
Icône sexuelle, artiste radicale, inlassable et inclassable, Lydia Lunch n’a eu de cesse de dénoncer le conformisme, l’exploitation de la misère, la politique américaine et les violences faites aux femmes : « Mon art, dit-elle, a essentiellement une fonction asociale, une fonction de dénonciation. »
Son esprit de révolte, son indépendance (elle n’a jamais signé avec une major) et l’influence qu’elle a exercée sur toute une génération en font un modèle unique de l’underground américain.

Publié dans Auteurs

 
Maelström asbl
 
118 rue de la Station de Woluwé 1200 Bruxelles (Belgique)
TVA BE 0439 836 404 - +32 (0)2 230 40 07